CE SITE EST EN TRAVAUX!

Veuillez nous excuser pour toute gêne éventuelle occasionnée par les changements. Nous rappelons que nous sommes toutes et tous bénévole-e-s chez 269 Life France et que nos moyens sont donc limités pour reconstruire le site internet. Si vous avez des conseils, ou vous fréquentez des problèmes avec la manipulation du site, n’hésitez pas à nous en informer sur 269lifefrance@gmail.com

  • #269Life - Origine et stratégie

Qui suis-je ?

269 est à l’origine le matricule d’un veau sauvé de l’abattoir. De ce numéro est né 269 Life, un mouvement international majeur dans l’histoire de la lutte pour les droits des animaux, qui s’est fait connaître pour ses actions chocs. L’association 269 Life France milite pour la reconnaissance des intérêts fondamentaux de tous les êtres sensibles, sans discrimination arbitraire. Elle entend tout particulièrement dénoncer le meurtre prémédité et organisé en dehors d’une situation de survie ou de légitime défense.

Les animaux des autres espèces ne sont pas des numéros sans visage, ils existent en première personne. Ils ne sont pas « du » poulet, « du » cochon ou « du » poisson mais chacun d’entre eux est un être unique ayant des intérêts propres. Mépriser volontairement et sans nécessité les intérêts fondamentaux des autres sous prétexte qu’ils sont d’une autre espèce ne peut être justifié moralement. Le rejet de la discrimination par l’espèce (spécisme) et un impératif, au même titre que le rejet du racisme ou du sexisme.
Le respect de l’animal s’incarne dans la volonté de construire une société végane, notamment débarrassée de l’industrie du meurtre prémédité et du commerce d’organes.

Nos fils d’actualité

Facebook

13 hours ago

269 Life France

En direct :
Action contre le cirque Medrano pour dénoncer l'exploitation animale dans les cirques à Nancy
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 day ago

269 Life France

269 Life France stop specisme : leur corps ne nous appartient pas !
Antenne 34 Languedoc-Roussillon
22-09-2018
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 day ago

269 Life France

269 Life France (Antenne 34 Languedoc-Roussillon)

Stop specisme : leurs corps ne nous appartiennent pas !

Ils ne donnent pas leur consentement pour l'appropriation de leurs vies, de leurs corps, de leurs systèmes reproductifs et de leurs petits.
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 week ago

269 Life France

269 LF- Action directe à Montpellier pour dénoncer la chasse et le soutien de DECATHLON à cette tuerie [Antenne 34 – Languedoc-Roussillon] samedi 15 septembre 2018

Ce samedi 15 septembre 2018, une dizaine de militant-e-s se sont retrouvé-e-s de 14h30 à 19h pour dénoncer le soutien de Décathlon à cette pratique dépassée qu’est la chasse, expression sadique de l'idéologie du fascisme environnemental qui fait des millions de victimes chaque année. Le fascisme environnemental consiste à nier la valeur propre de chaque animal pour lui attribuer une valeur relative à la contribution positive ou négative de son espèce au fonctionnement des écosystèmes. Bien sûr, seul-e-s les animaux autres que les humain-e-s en sont victimes et sont placé-e-s dans la catégorie arbitraire des nuisibles, puisque cette idéologie nauséabonde prend sa source dans l'idéologie qui prône la suprématie de l'espèce humaine : le spécisme.
Les actions se sont faites au Décathlon de St Jean de Vedas et celui d’Odysseum qui est un très grand magasin où six rayons sont consacrés à la chasse ! Ces militant-e-s se sont placé-e-s devant les rayons chasse de ces magasins. Toutes et tous avec des visuels 269 LF et quelques visuels DxE, tout en portant des masques d'animaux chassés (masques de sanglier, cerf, renard, ours et lapins) , un discours a été prononcé. Les client-e-s qui étaient dans ces rayons sont parti-e-s dès le début de l'action, gêné-e-s. D’autres ont soutenu ces actions par leurs applaudissements. En quittant le décathlon d’Odysseum, les militant-e-s se sont aussi posté-e-s devant la vingtaine de caisses du magasin. Enfin, l'action s'est terminée dans les rues de Montpellier, devant des terrasses de café de la place de la Comédie, ainsi que sur la ligne de tram, saluée par les applaudissements des passant-e-s.
Une pétition en ligne circule afin que DECATHLON cesse de promouvoir l'assassinat légalisé des chasseu-se-r-s (tueu-se-r-s) !
Ici > www.mesopinions.com/petition/animaux/decathlon-supprimez-rayons-chasse/40611
De plus nous vous conseillons la lecture de cet article de Pierre Rigaux - Naturaliste à ce sujet :
Extrait : "Decathlon ne vend plus d’armes à feu. Mais l’enseigne vend toujours des munitions, des couteaux de chasse et tout le matériel annexe. Des hommes en fusils s’affichent en photo dans les rayons. Les enfants de 6 ans peuvent repartir avec une veste de chasse à leur taille. "
blogs.mediapart.fr/pierre-rigaux/blog/090918/pourquoi-cest-important-de-pousser-decathlon-laisser...
#StopSpecisme
#StopChasse
#LibertéPourTousLesAnimaux
#NonLesChasseursNeSontPasLesPremiersEcolosDeFrance
#Chasseurs=#Tueurs
#SoyonsLiberationnistesSoyonsProgressistes
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 month ago

269 Life France
View on Facebook

1 month ago

269 Life France

Droit de réponse de 269 LF paru dans les DNA ce 11-08-18 suite à l'article partial des DNA du 4-08-18
Les DNA n'ont pas publié l'intégralité du droit de réponse mais une petite partie cela dit cet article permet de recentrer le débat sur l'antispécisme et non le véganisme !
> www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2018/08/04/a-strasbourg-les-antispecistes-bravent-les-commerces-...
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 month ago

269 Life France

www.youtube.com/watch?v=cWcT7K6cEqI&feature=youtu.be
MARCHES SILENCIEUSES ANTISPECISTES
Samedi 28 juillet 2018 à Marseille avec Vegan Impact et Samedi 4 août 2018 à Strasbourg
> SUIVEZ-NOUS AUSSI SUR YOU TUBE👊

Dans le contexte actuel et au vu des récentes demandes de protection policière émanant de la part de la confédération Française de la CFBCT, il semble nécessaire de nous exprimer afin de recentrer le débat. Si l'association 269 Life France n'a jamais appelé à la dégradation, nous nous devons de rappeler que les vraies victimes ne sont pas les vitrines, faites de verre aisément remplaçable, ni même les bouchers, qui semblent effrayés par du faux-sang quand ils en manipulent quotidiennement du vrai. Les victimes de l'oppression, ce sont les animaux dont les corps démembrés sont exposés dans les vitrines. Les victimes, ce sont les millions d'êtres sensibles que l'on broie, gaze, dont on perfore le crâne et que l'on égorge au nom du seul plaisir gustatif. Ce qui est problématique dans notre société est la violence du spécisme que nous dénonçons au même titre que les autres discriminations arbitraires tels que le racisme, le sexisme ou l’homophobie. Le spécisme consiste à nier et à mépriser les intérêts les plus fondamentaux d'autres êtres sensibles, sous le seul prétexte qu'ils sont d'une autre espèce. Du seul fait de sa sensibilité, chaque être sensible a un intérêt fondamental à poursuivre sa vie, à la fois unique et irremplaçable (l'animal en abattoir lutte pour sa vie, tout comme l'animal pris au piège est prêt à se ronger une patte pour en échapper et vivre). Il n'existe pas de manière éthique de tuer volontairement et sans nécessité. L'antispécisme n'est pas un mode de vie extrême, ni une sensibilité exacerbée ou une mode passagère mais une logique implacable, qui refuse l'asservissement égoïste et les croyances obscurantistes dépassées. Ce qui est extrême, c'est de faire le choix de cautionner le commerce d’organes, de tuer et de consommer des êtres sensibles, quand nous avons la possibilité de faire autrement. Aujourd'hui, des alternatives existent, des informations existent, des images existent.Les 28 juillet et 4 août 2018 à Marseille et Strasbourg, 269 Life France a organisé une marche silencieuse antispéciste avec des arrêts de quelques minutes d...
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

MARCHE SILENCIEUSE ANTISPECISTE Samedi 4 août 2018 à Strasbourg de 16h à 18h

Cette action a pris la forme d'une marche silencieuse, avec des arrêts d'une quinzaine de minutes devant les lieux qui perpétuent le massacre des autres animaux (boucherie-crèmerie, boutique de foie gras, charcuterie) où des panneaux visibilisaient le sort des autres animaux et questionnaient.
La marche s'est achevée place de la Cathédrale où un discours fut prononcé.

Deux boucheries-charcuteries avaient exceptionnellement fermé : PORCUS (article DNA joint dans les photos) et LUTZ, rue des Hallebardes, craignant visiblement notre dignité.

Dans le contexte actuel et au vu des récentes demandes de protection policière émanant de la part de la confédération Française de la CFBCT, il semble nécessaire de nous exprimer afin de recentrer le débat. Si l'association 269 Life France n'a jamais appelé à la dégradation, nous nous devons de rappeler que les vraies victimes ne sont pas les vitrines, faites de verre aisément remplaçable, ni même les bouchers, qui semblent effrayés par du faux-sang quand ils en manipulent quotidiennement du vrai. Les victimes de l'oppression, ce sont les animaux dont les corps démembrés sont exposés dans les vitrines. Les victimes, ce sont les millions d'êtres sensibles que l'on broie, gaze, dont on perfore le crâne et que l'on égorge au nom du seul plaisir gustatif. Ce qui est problématique dans notre société est la violence du spécisme que nous dénonçons au même titre que les autres discriminations arbitraires tels que le racisme, le sexisme ou l’homophobie. Le spécisme consiste à nier et à mépriser les intérêts les plus fondamentaux d'autres êtres sensibles, sous le seul prétexte qu'ils sont d'une autre espèce. Du seul fait de sa sensibilité, chaque être sensible a un intérêt fondamental à poursuivre sa vie, à la fois unique et irremplaçable (l'animal en abattoir lutte pour sa vie, tout comme l'animal pris au piège est prêt à se ronger une patte pour en échapper et vivre). Il n'existe pas de manière éthique de tuer volontairement et sans nécessité. L'antispécisme n'est pas un mode de vie extrême, ni une sensibilité exacerbée ou une mode passagère mais une logique implacable, qui refuse l'asservissement égoïste et les croyances obscurantistes dépassées. Ce qui est extrême, c'est de faire le choix de cautionner le commerce d’organes, de tuer et de consommer des êtres sensibles, quand nous avons la possibilité de faire autrement. Aujourd'hui, des alternatives existent, des informations existent, des images existent.
Parcours > place du Temple Neuf, rue du Temple Neuf, rue des Orfèvres, rue des Hallebardes, rue du Vieux marché aux poissons, place du Corbeau, rue d'Austerlitz, place du Corbeau, place de la Grande Boucherie, Rue du Maroquin, Place de la Cathédrale.
Lien vers la totalité des photos > www.facebook.com/media/set/?set=a.10214457296400194.1073742037.1052791158&type=1&l=92fb40d8d4
#StopSpecisme
#LibertéPourTousLesAnimaux
#NousVaincronsCarNotreCauseEstJuste
#AllAre269
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

A DIFFUSER ET PARTAGER SUR TOUS VOS RESEAUX !

Marineland d Antibes

youtu.be/u2dd5G5ECagAction de désobéissance civile - RAR 22 Juillet 2018, Antibes, France Sous-titres FR en EN (English subtitles available)
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

Samedi 28 Juillet, 269 Life France et Vegan Impact se sont unies lors d'une marche antispéciste sur Marseille.

Visuels dénonçant les supplices de l'exploitation et l'asservissement des animaux, "sang" sur les mains, cris d'animaux agonisants dans les abattoirs, et discours sans concession.

Cette marche a eu un impact considérable sur le public Marseillais.

"Nous vaincrons car notre cause est juste"

Crédit Photos "DavOnesca Actipics"

www.laprovence.com/article/edition-marseille/5087485/ils-marchent-en-silence-pour-denoncer-lexplo...
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

Dimanche 22 Juillet 2018

40 militant.e.s se sont réuni.e.s au plus près du parc marineland à Antibes.
Une action citoyenne et non violente a été menée de 10h15 à 14h devant l'entrée prncipale de cette prison pour Animaux marins mais également pour des Animaux terrestres maintenus prisonniers.
Les militant.e.s se sont enchaîné.e.s aux barrières de l'escalier d'entrée.

Nous avons tenu plus de 4h, bloquant l'entrée principale. Devant le refus de la police de nous déloger, malgré les menaces, la pression, l'intimidation à l'encontre des peace keeper.
Nous avons pris la décision commune de partir en continuant à manifester notre opposition à la captivité.

Tant qu'ils continueront à les faire se reproduire pour les enfermer dans des piscines, tant que leurs prisons seront ouvertes, tant qu'ils considèreront la captivité d'individus comme un divertissement monnayable, le combat continuera ✊️✊✊

Une solution Réhabilitation.

Merciii à toutes les personnes présentes pour Eux ✊✊✊

scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/37634043_695949967420588_1884172569020465152_n.jpg?_nc_cat=...

www.nicematin.com/faits-divers/photos-des-manifestants-senchainent-devant-lentree-principale-du-p...
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

QUAND LES POULES AURONT DES DROITS ?
Action directe de libération dans un camp concentrationnaire de poules détenues en cage.

Dans la nuit du vendredi 20 juillet 2018, des résistant·e·s animalistes ont pénétré dans “La Ferme d’Olivet” située dans les Yvelines et ont libéré 28 poules-usines à œuf, parmi les 140 000 individues en détention.

Ces animaux, victimes de persécution légale, étaient soumis à une vie d’agonie en batterie : leurs corps-usines étaient mutilés, entassés, compressés, et exploités pour leurs œufs. Nées pour produire jusqu’à l’épuisement : une horreur perpétuelle, dissimulée derrière les murs de leurs hangars-prisons.

Ces poules (de moins d’un an et demi) ont passé toute leur courte vie piégées sur et derrière des grilles, sans jamais pouvoir voir la lumière du jour.

Ce sauvetage a eu lieu dans une “ferme familiale” équipée de cages de batterie dites « cages aménagées ». Aménagées pour l’horreur, aménagées pour la torture et la misère. Le propriétaire de ces camps, c’est Jean-Luc LECOQ, décrit comme « éleveur engagé pour le bien-être animal » auprès des marques « Œufs de nos régions » et « L’œuf de nos villages ». Seul son engagement dans la détention et l’assassinat de masse avec préméditation devrait être relevé.
Dans les camps de concentration de poules « élevées en plein air », elles sont, en plus d’être privées de leur liberté la grande majorité du temps, amputées d’une partie de leurs ailes, et reste utilisées comme de simples ressources pour le profit des humain·e·s, et sont également envoyées dans les camps de la mort à un âge très précoce.

La France est le premier « producteur d’œufs » de consommation dans l’Union Européenne. C’est presque 70% des poules-usines à œufs qui survivent dans ce type d’élevage en cage.
En 2016, sur les 48,6 millions de poules exploitées pour leurs ovules, il y en avait 33,6 millions détenues en cage, et ces chiffres sont en constante augmentation.

L’objectif de cette libération est d’une part de sauver des individues victimes de notre société spéciste, mais aussi de faire comprendre que nous devons cesser de voir les autres animaux avec lesquels nous partageons cette planète comme étant à notre disposition, comme des ressources dont nous pouvons tirer profit.

Ce sauvetage nous a laissé une sensation de désespoir et d'impuissance, lorsque nous avons refermé la porte de cet enfer et laissé derrière nous les dizaines de milliers d’autres oiseaux qui ne verront jamais le ciel, le soleil ni même l’herbe, seulement le contact dur et inconfortable du sol grillagé sous leur pattes, et qui finiront égorgées dans un camp de la mort : Innocentes incarcérées à perpétuité, coupables d’être différentes.

Rappelons que la fin des élevages en batterie pour les poules-usines à œuf à l’horizon 2022 était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, un mensonge donc, puisque l’amendement reproposé dans ce sens lors du passage de la loi alimentation fin mai dernier a été tout simplement rejeté, malgré un soutien populaire à 90%. Idem pour l’amendement concernant le broyage des poussins mâles, pratique barbare mais néanmoins inhérente à l’industrie des oeufs. Souvent oubliés, ils ne s'inscrivent même pas dans les statistiques officielles, pourtant, dans toute la filière, les poussins mâles sont systématiquement éliminés, broyés vivants ou gazés, juste parce qu’ils ne pondent pas.
Rappelons également que les grandes firmes de l’élevage soudoient l’organisme d’État qu’est l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), en commanditant des études scientifiques biaisées qui affirment que les poules préfèrent les cages.

Nous voulons attirer l’attention sur une torture peu connue qui leur est faite, la torture génétique opérée pour booster la prolificité de leur production d’oeufs. Leur espèce subit une épuration spéciste pour répondre aux critères humains d’appropriation de leurs corps-ovules. Tous les animaux dits d’élevage sont des AGM : Animaux Génétiquement Mutantisés.

L'équipe de sauvetage a filmé ces images car il est essentiel que notre société soit informée de ce qui se passe à l'intérieur de ces camps de persécution. Ces images ne sont pas des cas isolés : derrière les murs de chaque élevage ou abattoir se déroulent chaque jour et chaque nuit des horreurs innommables. Des vies sont prises, de la pire façon qui soit, et sans aucune justification valable. Il n’y a pas de « bonne façon » d’utiliser et d’exploiter des individu·e·s, que ce soit pour leur lait, leurs œufs, leurs poils, leurs plumes, ou leur chair.

Construire une société digne pour toustes, indépendamment de l’espèce à laquelle nous appartenons, commence par libérer nos semblables de ce perpétuel holocauste, cesser de les utiliser dans le but de servir les animaux humains, et stopper la marchandisation du crime.

L’aviculture c’est de la torture.
Abolissons l’élevage, père de tous les esclavages !

www.cahiers-antispecistes.org/poules-pondeuses-en-batterie-rien-ne-manque-a-leur-bonheur/
partage-le.com/2015/08/les-poules-preferent-les-cages-armand-farrachi/
www.l214.com/la-vie-des-poules-pondeuses
loeufdenosvillages.com
www.youtube.com/watch?v=ix2ZLOfirME

UnoffensiveAnimal
HIT REPORT!

20th July, France.

28 HENS LIBERATED.

anonymous report:

“On the night of July 20th, animal rights activists have rescued 28 hens from a 140,000 laying hens farm.

These animals, victims of legal persecution, were subjected to a life of agony: their bodies were mutilated, piled up, compressed, and exploited for their eggs. They are all genetically tortured to increase their prolificity. Born to produce until exhaustion: a perpetual horror, hidden behind the walls of their prison sheds.

These hens (less than a year and a half old) spent all their short life trapped on and behind grids, without ever being able to see the daylight.

France is the first egg producer in the European Union. Almost 70% of laying hens survive in this type of battery cage farm.

This rescue left us a powerless feeling when we closed the door of this hell and left behind us tens of thousands other birds who will never see the sky, sun or grass, only the hard and uncomfortable contact of their bars, and who will be murdered in a slaughterhouse. Innocents jailed for life, guilty for being different.

The rescue team recorded this because it is essential that our society be aware of what is going on inside these persecution camps. These images are not isolated cases: behind the walls of each farm or slaughterhouse occur every day and every night unspeakable horrors. Lives are taken, in the worst possible way, and without any valid justification. There is no "right way" to use and exploit individuals, whether for their milk, eggs, fur, feathers, or flesh.

Living in an antispeciesist society means liberating our fellow earthlings from this perpetual holocaust, used for human benefits, stopping the crime business and creating an equal world for everyone, regardless of the specie.

Breeding is Slaving
Let's abolish animal agriculture !

French report:

Dans la nuit du vendredi 20 juillet 2018, des résistant·e·s animalistes ont pénétré dans "La Ferme d'Olivet" située dans les Yvelines et ont libéré 28 poules-usines à œuf, parmi les 140 000 individues en détention.

Ces animaux, victimes de persécution légale, étaient soumis à une vie d'agonie en batterie : leurs corps-usines étaient mutilés, entassés, compressés, et exploités pour leurs œufs. Nées pour produire jusqu'à l'épuisement : une horreur perpétuelle, dissimulée derrière les murs de leurs hangars-prisons.

Ces poules (de moins d'un an et demi) ont passé toute leur courte vie piégées sur et derrière des grilles, sans jamais pouvoir voir la lumière du jour.

Ce sauvetage a eu lieu dans une "ferme familiale" équipée de cages de batterie dites « cages aménagées ». Aménagées pour l'horreur, aménagées pour la torture et la misère. Le propriétaire de ces camps, c'est Jean-Luc LECOQ, décrit comme « éleveur engagé pour le bien-être animal » auprès des marques « Œufs de nos régions » et « L'œuf de nos villages ». Seul son engagement dans la détention et l'assassinat de masse avec préméditation devrait être relevé.
Dans les camps de concentration de poules « élevées en plein air », elles sont, en plus d'être privées de leur liberté la grande majorité du temps, amputées d'une partie de leurs ailes, et reste utilisées comme de simples ressources pour le profit des humain·e·s, et sont également envoyées dans les camps de la mort à un âge très précoce.

La France est le premier « producteur d'œufs » de consommation dans l'Union Européenne. C'est presque 70% des poules-usines à œufs qui survivent dans ce type d'élevage en cage.
En 2016, sur les 48,6 millions de poules exploitées pour leurs ovules, il y en avait 33,6 millions détenues en cage, et ces chiffres sont en constante augmentation.

L'objectif de cette libération est d'une part de sauver des individues victimes de notre société spéciste, mais aussi de faire comprendre que nous devons cesser de voir les autres animaux avec lesquels nous partageons cette planète comme étant à notre disposition, comme des ressources dont nous pouvons tirer profit.

Ce sauvetage nous a laissé une sensation de désespoir et d'impuissance, lorsque nous avons refermé la porte de cet enfer et laissé derrière nous les dizaines de milliers d'autres oiseaux qui ne verront jamais le ciel, le soleil ni même l'herbe, seulement le contact dur et inconfortable du sol grillagé sous leur pattes, et qui finiront égorgées dans un camp de la mort : Innocentes incarcérées à perpétuité, coupables d'être différentes.

Rappelons que la fin des élevages en batterie pour les poules-usines à œuf à l'horizon 2022 était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, un mensonge donc, puisque l'amendement reproposé dans ce sens lors du passage de la loi alimentation fin mai dernier a été tout simplement rejeté, malgré un soutien populaire à 90%. Idem pour l'amendement concernant le broyage des poussins mâles, pratique barbare mais néanmoins inhérente à l'industrie des oeufs. Souvent oubliés, ils ne s'inscrivent même pas dans les statistiques officielles, pourtant, dans toute la filière, les poussins mâles sont systématiquement éliminés, broyés vivants ou gazés, juste parce qu'ils ne pondent pas.
Rappelons également que les grandes firmes de l'élevage soudoient l'organisme d'État qu'est l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA), en commanditant des études scientifiques biaisées qui affirment que les poules préfèrent les cages.

Nous voulons attirer l'attention sur une torture peu connue qui leur est faite, la torture génétique opérée pour booster la prolificité de leur production d'oeufs. Leur espèce subit une épuration spéciste pour répondre aux critères humains d'appropriation de leurs corps-ovules. Tous les animaux dits d'élevage sont des AGM : Animaux Génétiquement Mutantisés.

L'équipe de sauvetage a filmé ces images car il est essentiel que notre société soit informée de ce qui se passe à l'intérieur de ces camps de persécution. Ces images ne sont pas des cas isolés : derrière les murs de chaque élevage ou abattoir se déroulent chaque jour et chaque nuit des horreurs innommables. Des vies sont prises, de la pire façon qui soit, et sans aucune justification valable. Il n'y a pas de « bonne façon » d'utiliser et d'exploiter des individu·e·s, que ce soit pour leur lait, leurs œufs, leurs poils, leurs plumes, ou leur chair.

Construire une société digne pour toustes, indépendamment de l'espèce à laquelle nous appartenons, commence par libérer nos semblables de ce perpétuel holocauste, cesser de les utiliser dans le but de servir les animaux humains, et stopper la marchandisation du crime.

L'aviculture c'est de la torture.
Abolissons l'élevage, père de tous les esclavages !''
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 months ago

269 Life France

L'antenne indre et Loire (37) organise un happening pour dénoncer l'exploitation des animaux aquatiques pendant cette campagne nationale. ... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

Un peu moins d'une quarantaine de militant-e-s se sont retrouvé-e-s place Kleber à Strasbourg pour dénoncer la corrida, barbarie culturelle hélas encore actuelle.
La corrida entre dans le champ d'application de l'article 521-1 du code pénal qui prévoit une peine de deux ans d'emprisonnement ainsi qu'une amende de 30000 euros pour tout acte de cruauté commis envers un animal. Pourtant, l'alinéa 7 de cet article prévoit une exception pour les corridas sur les territoires où elles connaissent une tradition locale et ininterrompue.
Rappelons qu’un des principes fondamentaux de la République française est qu’elle est une et indivisible.
Cet alinéa 7 de l’article 521-1 est donc contraire aux principes fondamentaux de la République française ET DONC ILLEGAL !
C'est cette incohérence à laquelle nous tentons de mettre fin en interdisant la corrida en France, sans exception à cette règle. De plus, une grande partie de la population ignore que la corrida est encore pratiquée en France et financée par les impôts des citioyen-ne-s (et oui !), il est donc essentiel d'informer sur ce sujet.
La mise en scène fut accompagnée de tractage et d'une pétition pour la fin de la corrida à Nîmes (qui a été massivement signée) et que nous relayons ici > www.change.org/p/stop-a-la-corrida-%C3%A0-n%C3%AEmes
Les photos de l'action sont visibles là >
www.facebook.com/media/set/?set=a.10214205754071793.1073742036.1052791158&type=1&l=fb765c1709
#CorridaBasta
#LibertePourTousLesAnimaux
#StopSpecisme
#SoyonsLiberationnistesSoyonsProgressistes
#NousVaincronsCarNotreCauseEstJuste
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

269 Life France a adressé une réponse à la lettre de la Confédération Française des Bouchers Charcutiers Traiteurs demandant à « être protégés face à la violence végane ».
A partager massivement !
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

L’Antenne Parisienne de 269 Life France s’est rendue sur la commune de Brétigny-Sur-Orge pour dénoncer une fois de plus l’exploitation animale ce dimanche 24 juin 2018.
Une quarantaine de militant-e-s se sont retrouvées devant le Stade Robert Barn de Brétigny sur Orge de 12h à 16h30. Iels ont bloqué les entrées. Le but était aussi d’informer les familles présentes des conséquences de leur participation à ce type de « divertissement » ainsi que de dénoncer ce divertissement cruel pour les autres animaux.
L’association combat avec force la tauromachie – les corridas et toutes les formes de déviance de cette atrocité telles que les ʺcoursesʺ et les ʺtoro piscineʺ.
L’article 521-1 du Code Pénal prévoit une peine de 2 ans d’emprisonnement et une amende de 30000 € pour tout acte de cruauté commis envers un « animal ». L’alinéa 7 de cet article prévoit une exception pour les corridas sur les territoires où ces derniers connaissent une tradition locale et ininterrompue. L’Ile-de-France ne fait pas partie des territoires cités dans cet alinéa 7 !
Les dirigeants d’un club sportif de rugby ont décidé d’organiser une féria dans le département de l’Essonne avec pour objectif de montrer une nouvelle fois la suprématie de l’espèce humaine sur les autres espèces animales, objet de divertissement et distraction. Ces derniers se cachent derrière la fête et le jeu, les seules personnes à s’amuser seront les personnes de l’espèce humaine au détriment des personnes des autres espèces.
Cet événement ne représente ni une tradition ni une culture.
Ces pratiques doivent être abolies tout comme la corrida, l’Ile de France ne doit en aucun cas accepter ce triste spectacle sur ses terres. Les ânes et les vachettes landaises sont asservies, exploitées et victimes de maltraitance !
Au final, les représentantes de 269 LF ont réussi à avoir un dialogue avec le Maire de Brétigny sur Orge et le Président du Club et son équipe. L’an prochain, l’équipe de 269 LF travaillera avec eux pour leur proposer d’autres types de divertissement afin d’éviter l'exploitation d’êtres sensibles.
L’action a été relayée par la presse locale : m.leparisien.fr/essonne-91/bretigny-sur-orge-les-defenseurs-des-animaux-disent-non-au-toro-piscin...
#StopSpecisme
#StopExploitationAnimale
#SoyonsLiberationnistesSoyonsProgressistes
#LibertePourTousLesAnimaux
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

Action « Non à la Féria Brétignolaise 2018 ! » -Antenne Île de France ... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

269 Life France "Fermons les abattoirs" Paris - 23 Juin 2018
STOP SPÉCISME
NON À L'EXPLOITATION ANIMALE
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

Une trentaine de militant-e-s se sont retrouvé-e-s, Place Kleber à Strasbourg, ce samedi 16 juin 2018 pour :
• dénoncer la pêche et l’élevage de poissons et autres animaux marins. 1000 milliards d’entre eux sont tué-e-s chaque année par décompression et suffocation alors que ce sont des êtres sensibles. Pêcher un poisson revient à extraire un être sensible de son lieu de vie en le privant de son oxygène. La plupart d’entre elles et eux sont susceptibles de mourir écrasé-e-s dans des filets, par suffocation au contact de l’air ou bien disséqué-e-s vi-ve-f-s.
• Faire prendre conscience des conséquences dramatiques pour cet environnement si précieux pour notre vie et celle des autres animaux ! Les populations d’animaux marins, qu’iels soient mammifères, oiseaux, reptiles ou poissons, ont chuté de moitié depuis les années 1970 du fait de la surpêche, de la pollution et du changement climatique.
• Déconstruire nos conditionnements afin d’éveiller les consciences vers plus d’empathie et vers le respect de la vie de tous les être sensibles.
La capture de poissons dits « sauvages » peut durer de quelques heures à plusieurs jours, et leur agonie peut durer de 20 minutes à 4 heures. Les poissons ne sont pas des stocks ou des effectifs : chaque individu vit sa vie à la première personne, et accorde de l’importance à ce qui lui arrive.
Peu importe l’origine, le sexe ou l’espèce, tous les êtres sensibles ont les mêmes intérêts vitaux.
La sensibilité est un acquis évolutif et un moyen pour identifier les dangers qui menacent la survie. Dès qu'il y a un être sensible, il y a quelqu’un-e qui accorde de l'importance à ce qui lui arrive et à sa vie.
Tous les êtres sensibles ont droit à la vie et n'ont pas à être exploité-e-s et/ou tué-e-s.
L'événement a été relayé dans la presse locale.
#StopSpecisme
#SoyonsLiberationnistesSoyonsProgressistes
#LibertéPourTousLesAnimaux
... See MoreSee Less

View on Facebook

3 months ago

269 Life France

Samedi 16 Juin 2018, une trentaine de militant.e.s de l'antenne PACA 13, se sont réuni.e.s sur le Vieux-Port de Marseille afin de dénoncer l'exploitation des animaux marins.
L'action a été pensée et construite de manière à mettre les consommateur.trices face à la réalité de leur consommation, et à déconstruire visuellement leurs arguments.
Pour cela, des duos de visuels ont été mis en place autour de l'action, l'un avec un argument de consommateur.trice, l'autre avec l'image et le texte contredisant cet argument.
Afin de représenter la souffrance des animaux marins pris au piège mortel de la pêche, des militant.e.s étaient representé.e.s agonisant sous un filet, ou en train d'être pêché.e.s.
Des convives maculés de sang étaient attablés devant de réelles têtes de poissons, récupérées auprès d'un poissonnier qui allait les jeter à la poubelle.
Nous sommes conscient.e.s que la présence de cadavres porte à débat, c'est un parti pris.
Ils ont eu un réel impact sur les passants, choqués par la prise de conscience du reste de ce qu'ils ont dans leur assiette.
Les animaux ont été enterrés dans un jardin suite à l'action. .
Le discours était axé principalement sur la souffrance animale, l'absurdité de la mise à mort pour un loisir, et les dégâts environnementaux causés par la pêche dédiée à la consommation. Appelant les consommateurs.trices à faire face à leurs responsabilités et à ré-envisager de quel côté se situe " l’extrémisme".
Les retours de la part de nos sensibilisateurs.trices furent très positifs, que ce soit au niveau de la cause ou de la mise en scène, ce qui est encourageant pour un lieu comme le Vieux-Port.
Nous avons également eu la présence de la presse, ainsi que de nombreux photographes professionnels ou amateurs qui trouvaient l'action intéressante.
Pour la suite et afin de perfectionner notre communication, nous envisageons de créer une équipe fixe de sensibilisateurs.trices, dont ceux présents lors de cette action.
Nous envisageons également d'augmenter la fréquence du discours, qui interpelle les gens et les fait s'attarder autour de l'action.

"Nous vaincrons, car notre cause est juste"
... See MoreSee Less

View on Facebook

L’agenda des actions​

Quelques exemples de nos actions les plus marquantes

 


Menu