En finir avec les « loisirs » cruels

Il n’y a pas de moyen acceptable de brutaliser, soumettre ou assassiner un animal pour se faire plaisir, faire plaisir à des spectateurs ou obéir à une tradition.

Savez-vous que ce « combat admirable d’égal à égal » appelé corrida est truqué honteusement pour satisfaire les spectateurs sadiques ?

Que le taureau est affaibli et torturé plusieurs jours, parfois même drogué, avant d’entrer dans l’arène, ébloui longuement par le soleil qu’il n’a pas vu durant ces « préparatifs » ?

Que ses organes génitaux sont transpercés d’aiguilles, pour qu’il ne puisse pas s’asseoir, car déjà épuisé avant son entrée ?

Que les premiers coups des cavaliers, lui enfonçant des piques tranchants comme d’énormes bistouris, dans les muscles, ligaments et nerfs de la nuque, donnent l’impression qu’il va charger alors qu’en fait il ne peut plus relever la tête lorsque son bourreau entrera en scène ?

Que ces jolis pics colorés sont enfoncés dans ces plaies béantes, afin d’éviter qu’il ne fasse d’hémorragie, servant ainsi de drains pour prolonger son calvaire ?

Qu’en réalité, les seuls qui risquent réellement leur vie dans cette mascarade sont les chevaux souvent éventrés ?

Savez-vous que pour un dauphin ou un orque enfermé dans un delphinarium, privé de ses besoins élémentaires, des dizaines voire des centaines de ses congénères ont été massacrés pour sa capture ?

Que les cétacés qui y sont condamnés ne sont pas du tout des rescapés comme on vous le fait croire ?

Savez-vous que lorsque vous achetez un chien, un chat, une souris ou un oiseau dans une animalerie, vous participez activement aux atrocités commises par les éleveurs de ces « animaux de compagnie » ; reproduction intensive avec toutes les souffrances et pathologies associées, mort des animaux trop faibles ou non conformes, « pertes » lors des transports ou manipulations ?

​Que les chiens et les chats vendus à la sauvette sur les trottoirs sont souvent malades, victimes des conditions sordides d’élevage, qui ne subsistent que grace aux naïfs passants laissant une pièce ou échangeant contre un billet ce petit être qui ne survivra que quelques heures.

Savez-vous que pour apprendre ces magnifiques pas de danse, ce cheval a été torturé, fouetté et maintenu dans diverses positions douloureuses avec des cordes, durant des heures, pour avoir ces allures que son corps a dû apprendre à adopter de force ?

Savez-vous que les animaux que vous pouvez admirer dans les zoos, qui permettent soit disant de protéger ces espèces tant bien que mal alors que leurs congénères sont traqués dans la nature par l’homme, sont loin de vous montrer leur comportement naturel ?

Qu’ils sont enfermés dans une cage ou un enclos cent fois, mille fois plus réduit que leur espace minimum vital et qu’ils développent des troubles comportementaux les torturant, eux qui sont aussi des êtres sensibles ?

Que les éléphants d’Asie peuvent transmettre la tuberculose aux enfants innocents ?

Savez-vous que derrière les courses de chevaux ou de chiens se trament dans l’ombre diverses tortures lors des entrainements, mauvais traitements, dopages douloureux et accidents entrainant l’abattage brutal des animaux « hors service » ?

Savez-vous que les chasseurs, qui se justifient en affirmant maitriser des populations d’animaux en surnombre (qui se sont pourtant passés de ces bons et loyaux services durant des siècles pour s’autoréguler !), ont introduit dans nos forêts une variété de sangliers croisés avec des porcs pour augmenter leur fertilité ; en effet, il n’y avait plus assez de ces animaux en surnombre (!) pour les trucider le dimanche ?
Que ces chasseurs sont bien valeureux à tirer sur des animaux élevés et habitués au contact humain, relâchés juste avant leur venue, pour qu’ils puissent assouvir leurs besoins relevant de la psychiatrie, de voir mourir dans d’atroces souffrances ces animaux sans défense ?

Savez-vous que ce poisson que vous admirez dans cet aquarium, a vu des centaines de congénères périr pour avoir cette vie misérable coincé entre quatre murs de verre, voyant son espérance de vie diminuée par des conditions de vie non adaptées ?

Savez-vous que pour admirer ces animaux sauvages ridiculisés sur les pistes de cirques, les girafes sont maintenues dans des cages qui ne leur permettent même pas de pouvoir déployer leur cou, les forçant à rester pliées lors des voyages ?
Que les hippopotames ne peuvent même pas étendre une patte ni se retourner dans cette baignoire où ils vivront la majorité de leur captivité, quand ils ne sont pas malmenés lors des « entrainements » ?
Que les éléphants ne sont pas dressés avec des récompenses, mais à coups de piques assénés avec violence, leur arrachant des morceaux de chair ; afin qu’ils retiennent ces ordres, qu’ils respecteront ensuite, craignant de subir à nouveau ces tortures insoutenables ?

Savez-vous que ces poissons gentiment pêchés par des simplets n’ayant rien trouvé de mieux à faire, ont autant de terminaisons nerveuses que vous, qu’ils souffrent autant que vous souffririez si vous étiez trainés de force sur des dizaines de mètres, vous débattant, effrayés, avec un énorme hameçon planté à vif dans votre mâchoire